propulseurs

Du web 2.0 au Web 3.0 : la prédominance du Flux ? ou devenir des propulseurs d’information

Publié le Mis à jour le

Mardi 8 juin 2010, je suis intervenu lors de la journée d’étude de l’ADBGV, l’Association des Directeurs de Bibliothèques de Grande Ville à la BMVR de Montpellier. Je remercie ici l’équipe de la Médiathèque pour l’accueil reçu (Valérie « BibenFolie », Sara et ses collègues… et son directeur, bien évidemment)

La thèmatique de la journée ?     » Territoires des bibliothèques « .

J’ai essayé de montrer lors de mon intervention « Du web 2.0 au Web 3.0 : la prédominance du Flux ? », la mutation en cours des accès à la connaissance vers le Web, la place de la bibliothèque qui se rétrécit comme peau de chagrin (musique notamment)… et quelques alternatives (je n’avais que 30 minutes pour un tel sujet) pour que les bibliothécaires tentent de repositionner  la bibliothèque. En prenant une image…

L’image de la bibliothèque comme un pulsar – cette étoile émettrice de signal et qui sert d’instrument de mesure aux astronomes – m’est venue naturellement à la lecture d’un ouvrage que je trouve très important : l’Alternative nomade de Thierry Crouzet , paru justement dans le flux du site Publie.net.

Face aux discours catastrophistes et les aveugles qui ne veulent pas voir (normal, vous me direz pour des aveugles !), ce livre propose une synthèse claire et une vraie alternative pour réagir, un chemin de traverse qui me plait beaucoup : au lieu de devenir de simples médiateurs, il propose de devenir des propulseurs de l’information, et paradoxalement, une des conséquences : devenir plus modeste. (Je vous dirai prochainement pourquoi je trouve cela plus modeste)

Propulseur ? Formule plus active du médiateur : ce dernier plus neutre, plus élitiste ? Je m’expliquerai prochainement pourquoi le terme de médiateur ne me plait pas…

Mon prochain billet sera titré la bibliothèque comme pulsar et reprendra ce thème de la médiation devenue propulsion… des bibliothécaires comme propulseurs… et l’idée que si la bibliothèque veut continuer à exister, il va falloir inventer et imaginer une nouvelle forme d’intervention sur le Web, sur les flux, sur le Flux pour que nous retrouvions nos lecteurs, usagers sur le local… dans notre bâtiment.

La bibliothèque comme un pulsar ? C’est-à-dire une bibliothèque qui émet sur le Web pour élargir son territoire, se fait remarquer, montre les choix qu’elle a fait de manière plus active.

Voici donc une idée de ce que j’ai pu raconter :

A bientôt…

Billet à venir : La bibliothèque comme un pulsar ! (Septembre  2010)

—–

Je vous encourage vivement à lire une série de 12 billets que Silvère Mercier publie régulièrement sur son blog Bibliobsession à propos de sa lecture du livre de Thierry Crouzet : l’alternative nomade. Le premier billet : « Propulser dans les flux, l’alternative nomade 1/12 » et ensuite vous suivez… le flux… 😀

Il y a d’autres textes importants sur les flux (Guillaud, Clayssen, Dacos) mais promis, y aura une biblio fournie dans le prochain billet…

Message obscur : merci aux hybrides pour leur soutien… Allez, je continue 😀

Silence

Notule existentiel !

J’écris moins souvent sur ce blog, il y a un tas de raisons objectives  : boulot de ma médiathèque prioritaire évidemment… d’autres projets : un blog feuilleton pour Octobre avec la réédition et la collaboration avec un écrivain jeunesse et une conteuse mais chut ! – Un projet d’une base fédérée collaborative entre bibliothécaires et libraires sur la Région PACA grâce à Culture Wok pour Marseille 2013 (J’espère que cela va pouvoir être car j’y tiens énormément à ce projet !)

J’écris moins souvent sur ce blog parce qu’aussi, justement, j’habite un peu le Web (au détriment de mon temps de sommeil). J’habite le Web et notamment, le tant décrié Facebook, et ma page personnelle sur Facebook me sert de page dynamique pour ce blog. Car, plus simple pur réagir… Etre présent sur les réseaux sociaux, pour moi, après les échanges que cela apporte (si,si… c’est fou les « amis » que j’ai rencontré en chair et en os ensuite), c’est aussi un fabuleux territoire d’observations des usages des personnes présentes. J’ai écris ailleurs que je n’aimais pas le terme d’amis, le terme de fans mais c’est un site américain… ce vocabulaire est très typé d’un certain langage qui ne convient que peu à notre tradition érudite et universitaire… N’empêche, être sur ce type de réseau apporte un éclairage et une énergie stimulants…

Ouverture :

J’écris moins souvent sur ce blog… justement, Bertrand Calenge a publié sur son carnet de notes, un billet passionnant « Comment écrire ? » sur l’écriture et ses variations sur les Flux… A lire !