général de gaulle

« Oui, voyez-vous, le plus beau des métiers, c’est d’être bibliothécaire »

Publié le Mis à jour le

Lu sur la liste bibliopat :

« Un jour du printemps 42, le général De Gaulle était très sombre. […] Après le déjeuner, pris à l’hôtel en tête à tête, et pendant lequel le Général avait très peu parlé, brusquement, sur le trottoir de gauche de Saint-James, en descendant après Piccadilly, et avant de tourner à Carlton Gardens […] le général de Gaulle me dit brusquement: « Oui, voyez-vous, le plus beau des métiers, c’est d’être bibliothécaire ». A l’époque, le personnage ne se prêtait pas particulièrement à une affirmation de cette nature, et alors j’essayais d’enchaîner et je me souvins qu’on avait un jour offert à mon père, qui était universitaire, la direction de la très belle bibliothèque du Palais-Bourbon et je lui dis et il me répond: « Oh non, non pas une grande bibliothèque comme ça, non un poste de petit bibliothécaire dans une petite ville en Bretagne. Ah quelle belle vie, dit-il, on est là, on lit tout ce qu’on veut avec une très grande tranquillité et puis à soixante ans brusquement on est pris de frénésie et on pond une biographie de quatre-vingts pages: « Madame de Sévigné est-elle passée par Pontivy ? » Et alors là on embête tout le monde, on se dispute avec le chanoine qui prétend que non, eh bien, croyez-moi, c’est la plus belle vie ».

[témoignage de François Coulet, aide de camp de De Gaulle in Daniel Rondeau et Roger Stéphane, Des hommes libres 1940-1945 : la France libre par ceux qui l’ont faite, Grasset, 1997]