Mois: décembre 2010

Rester en mouvement : une lecture de « l’alternative nomade : sortir du consumérisme avec joie » de Thierry Crouzet (Publie.net, 2010)

Publié le Mis à jour le

Cette critique est originellement parue pour  le numéro 6 de 2010 du Bulletion des Bibliothèques de France. Pour info, le BBF est désormais lisible – expérimentalement pour l’instant – en mode feuilletage (utilisation du site Issuu)  pour ce dernier numéro.

Rester en mouvement

On lit, en exergue de ce livre « numérique », accessible sur le site publie.net   : « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. » Le célèbre fragment d’Héraclite illustre à merveille le principe des livres de Thierry Crouzet : celui d’un texte en perpétuel mouvement. La recension qui suit est celle de la version 3.5, intégrant les remarques faites par les lecteurs des versions précédentes et suscitées par l’auteur sur son blog « Le peuple des connecteurs  ».

L’alternative nomade, sous-titrée lors de sa première version « sortir du consumérisme avec joie », est dorénavant sous-titrée dans la nouvelle version « vers la complexité numérique ». Le texte né sur les réseaux a dorénavant une version papier (chez lulu.com) . Mais laquelle, de version ? Car, entre-temps, L’alternative nomade nouvelle version s’est divisée en deux sur le principe cellulaire pour donner un second opus : Propulseurs dans le flux. Sans le savoir, Thierry Crouzet ne nous facilite pas la tâche pour renseigner la zone 2 de l’ISBD ou le champ 205 d’Unimarc ! 😀 Mais ce n’est qu’une obsession de bibliothécaire ! 😀

Résumons : je possède donc trois versions : celle de publie.net (en tant qu’abonné) version 3.5 puis j’ai acquis la version iphone Propulseurs dans le flux, lu grâce à l’appli Stanza et enfin, acheté la version papier chez lulu.com (11 €, impression à la demande). Je vous rassure : j’ai eu trois lectures successives ; dans des lieux et sur des supports différents (maison et écran ; mobile et liseuse pour l’extérieur le plus souvent : le train, chez le médecin, bord de piscine 😉 ; enfin support papier pour partout…) (Ce paragraphe est un ajout à la version publiée dans le BBF… c’est ma version augmentée ! 😉 )

Vous avez dû mal à suivre ? Normal, le livre que vous vous devez de lire, chers collègues, évoque la révolution de l’écrit et de la transmission de la parole depuis l’invention du web et de ce que tout cela change pour tous en général et pour nos métiers en particulier.

À la fois projet politique individuel et libertaire et méthode de vie, cette alternative nomade nous propose – avec une grande force de conviction – de nous arracher au néant matérialiste et consumériste actuel pour inventer un nouveau nomadisme en voyageant dans l’écosystème de cette nouvelle terra incognita qu’est le Flux : « Cet espace autant informationnel qu’émotionnel où nous nous lions et nous relions constamment. » Le Flux a toujours existé : jadis, avec les différents supports de transmission de la culture ; aujourd’hui, grâce au web.

Une nouvelle économie du lien

Thierry Crouzet analyse autant les aspects positifs de ce que le web peut avoir de meilleur pour partager – il préfère le terme « propulser » – des informations (sur blogs, micro-blogging, réseaux sociaux) et conteste par ailleurs le pouvoir de certains (YouTube, Dailymotion, Google…) qui utilisent cyniquement cette envie de partage des individus pour mieux les contraindre à leurs services. L’alternative, ici, consiste à intégrer le mode nomade dans nos têtes : ne pas nécessairement nous fixer ad vitam aeternam sur un outil qui souhaite nous lier définitivement à lui en connaissant tout de nos intimités. Il convient alors de faire interagir nos paroles, nos passions et nos actes, grâce à une foule d’intermédiaires nouveaux : « Le Flux pulse constamment nos interactions. » Résistance et alternative sont les deux mots phares et joyeux de ce livre.

Vers des bibliothécaires propulseurs ?

Résumons rapidement, s’il est possible de résumer ce livre touffu où l’on rencontre allégrement : Bruce Chatwin et les aborigènes du Chant des pistes, Teilhard de Chardin et sa noosphère, le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi et ses expériences optimales, ou encore Tim Berners-Lee, l’inventeur du web avec Robert Cailliau. Avant le web, le contenu était « consommé » dans des lieux dédiés : librairies, kiosques de journaux, télévision, musée, théâtre ou… bibliothèques, créé par des figures reconnues (écrivains, musiciens, journalistes…) et mis en valeur par des professionnels bien identifiés (bibliothécaires, par exemple).

Avec le web, la profusion des contenus règne et perturbe nos modes d’appropriation et de consommation du savoir. L’information est devenue un fluide qui s’écoule perpétuellement. Horreur ! Réjouissons-nous, nous dit Thierry Crouzet. Aux traditionnels professionnels de la recommandation se sont ajoutés les propulseurs ! Qui sont ces propulseurs ? NOUS ! Qui propageons vers nos « amis » – via les réseaux sociaux mais pas seulement – des informations que nous trouvons importantes. Une nouvelle variante du bouche à oreille (le buzz ?) qui se moque parfois des traditionnels médiateurs. Lors de la révolte iranienne de juin 2009, Twitter, le site de micro-blogging, a relayé les messages des opposants au régime iranien en l’absence – forcée – des journalistes. Une véritable économie des liens dans toutes ses acceptions – pas seulement hypertextes – est née. Nous sommes passés de l’ère de la rareté de l’information à l’âge de l’Abondance.

L’auteur va parfois un peu loin : il considère dorénavant inutile de différencier, par exemple, le producteur d’information de celui qui propulse. Le propulseur est autant l’auteur d’un contenu que celui qui en parle ou le commente.

N’empêche, la lecture de cette alternative nomade, si elle est parfois déstabilisante pour nos professions, est souvent très enthousiasmante. Sûr que vous partirez rapidement en quête du Chant des pistes de Chatwin pour le lire ou le relire. Rien que pour cela, l’alternative nomade aura réussi son pari : celui de propulser autrement !

 FQ


Publicités

« Le bibliothécaire est un peu le forestier du livre » Alain Pierrot et Jean Sarzana, 2010

Publié le

« D’ordinaire, en regardant bien le circuit du livre, on peut apercevoir le bibliothécaire au fond du corridor. Il est presque toujours cité le dernier, on sait qu’il est incontournable, mais comme il ne participe pas du marché – c’est un agent public, il conserve et il prête, il achète si peu – il n’est jamais au coeur des discussions d’actualité sur la marche du monde. Pourtant, il occupe une place à part dans la saga du livre – il est né avec lui, bien avant le codex, bien avant l’édition – et il a puisamment marqué son histoire. S’il ne vit pas au rythme incertain du marché, il accompagne la vie du livre sur la longue durée et sait prendre la mesure du fonds et de sa densité. A côté de sa mission patrimoniale de conservation, sa fonction le requiert d’assurer l’observation permanente et suivie des ouvrages. Le bibliothécaire est un peu le forestier du livre, il vit et raisonne à long terme et dans les deux sens, il se voit comme le dernier rempart. On a le sentiment qu’une muraille de Chine sépare éditeurs et bibliothécaires. Ils gagneraient à la changer pour un paravent japonais. » (page 26)

Comment ne pas être fasciné à la pensée d’être contemporain d’une de ces très rares mutations essentielles de l’écrit, aussi violente et profonde que celle du passage du rouleau au codex, avec son lot d’imprédictible ? écrit François Bon dans sa présentation du livre  Impressions numériques d’Alain Pierrot et Jean Sarzana, publié sur la coopérative d’auteurs : Publie.net. Allez, soyons un peu polémiques : on est fatigué de ces discours à la gloire seulement de l’argent et de l’industrie. C’est de civilisation qu’il s’agit. Et d’un paradoxe qui rend l’affaire complexe : il y a beau temps que le livre traditionnel est déjà affaire numérique, de bout en bout. Et dans le bouleversement actuel, les lignes de force et de partage rejouent des conflits culturels qui n’ont rien à voir avec la seule question du numérique.

Un livre magistral et indispensable à lire aujourd’hui (à télécharger pour 5,99 € sur publie.net ou sur epagine.fr) pour sortir des débats un peu stérile sur le support ou la numérisation du livre à l’identique tellement rassurante pour les personnes de l’ancien monde … Ceux qui veulent mettre des péages  et des applis de smartphones partout pour mieux contrôler le flux de paroles et d’actes, nés sur cette utopie dérangeante qu’est le web.

Les deux auteurs définissent et synthétisent les concepts et les problématiques, expliquent lucidement le rôle de catalyseur de Google et donnent beaucoup de pistes afin d’éclaircir l’horizon de la mutation en cours qui nécessitera la participation de tous les acteurs du livre. Craignant que « la bibliothèque ou la médiathèque perde son caractère lieu de vie qu’elle avait souvent réussi à créer », ils proposent :  » cet écueil peut être évité si les bibliothèques acceptent de jouer le rôle de pédagogue des nouvelles formes de lecture. » (p. 53)

Les premières expériences de prêt de livres numériques (chronodégradables sur plateforme reliée au site de la bibliothèque ou sélectionnés sur des liseuses empruntables) sont déjà en route dans quelques bibliothèques françaises. C’est un signe positif. Ouvrons les yeux et…

Propulsons…

Ajout du 1er novembre : le billet Bibliothéquer de Lambert Savigneux…qui écrit :

« Le livre et le bibliothécaire, il faudrait qu’il soit un pulsar à la marge du monde contemporain en son milieu et de tous cotés, qu’il propulse et ne soit pas juste un filtre au travers duquel le monde et ses livres passe, il y a tant de livres qui sont des bribes, des condensés de vie et qui dorment et parfois ne poussent pas leur premier cri, alors de passeur le bibliothécaire serait aussi observateur et son désir permettrait à des livres d’exister, pas uniquement les gros arbres de la forêt ni les mauvaises herbes mais les bosquets et les plantes fragiles des recoins et des clairières ; certains livres sont errants et d’autres poussent en rond, cachés ou protégés ils trouvent d’autres façons d’exister (festivals, circuits parallèles, internet etc,)mais la forêt est traversée de multiples flux, au détours on se trouve nez à nez avec des biches, un ours dort (hibernerait mais peut être repose) sous un amas de livres “morts” ou une congère inutile, leurre qui serait l’habitat de l’ours, des ruisseaux la traverse, des glaneurs-chasseurs, des amoureux la pénètrent interagissent, agissent le fou tout comme le forestier, » (la suite sur son blog)

Et la fin de son billet me ravit :

« Les livres pourraient être comme les fils d’un grand tapis qui relieraient les endroits de laine, les rêves d’écorce et les pensées végétales, les trous du ciel et les mottes de terre sur lesquels l’humain circule et glane- je dis qu’il faut mettre en doute le monde – la bibliothèque doit être ce lieu – et les enfants y viennent pour cette raison même et son contraire – car la curiosité pousse à connaitre, imaginer aussi bien le dedans que le dehors ; cet endroit ou des forces vives de création se manifestent – il faut pousser des ses bras ces reliures qui cachent les ouragans, l’esprit souffle n’importe où et l’homme sait qu’il doit rassembler ce que lui peut assembler – le bibliothécaire – nom de mammouth de Lascaux – n’est plus uniquement être de conservation mais d’agitation … « 

Bonne lecture,

Silence (et Lam)

En son temps, Alain Pierrot avait eu la gentillesse de me confier  les prémisses de ce texte sur La mémoire de Silence. Pour mémoire… et clin d’oeil amical.

Un texte dérangeant d’Alberto Manguel : la bibliothèque de Robinson (2000)

Publié le Mis à jour le

 »        Il est intéressant de remarquer qu’il existe chez les humanistes une corrélation entre la possibilité d’un espace infini qui n’appartient à personne et le savoir d’un passé riche qui appartient à tous.

          C’est évidemment le contraire même de la définition du Worl-Wide-Web. Le Web se définit comme un espace qui appartient à tous, mais il exclut le sentiment du passé. Il n’y a pas de nationalités sur le Web (à l’exception du fait, bien sûr, que sa lingua franca est l’anglais), ni de censure (à l’exception du fait, encore une fois, que les gouvernements trouvent parfois le moyen de refuser l’accès à certains sites, forme de censure par omission). Chez l’utilisateur du Web, le passé (la tradition temporelle qui mène à notre présent électronique) n’est habité par personne. L’espace électronique ne connaît pas, semble-t-il, de frontières. Les sites – c’est-à-dire les lieux particuliers qui se définissent eux-mêmes – s’érigent dans cet espace mais ne le limitent pas, ne le possèdent pas, comme de l’eau dans l’eau. Il est quasi instantané, il n’occupe aucun temps, sauf le cauchemar d’un présent perpétuel. Tout surface et sans volume, tout présent et sans passé, le Web aspire à être (il s’annonce lui-même comme tel) le foyer de chaque utilisateur, dans lequel la communication deviendrait possible avec tout autre utilisateur à la vitesse de la pensée. Telle est sa caractéristique essentielle : la vitesse. « 

Avant ce passage, il remarque :

 » Nous ne sommes pas une société lettrée. Notre société accepte le livre à la manière d’un prêt-à-porter, bien qu’un peu désuet. […] … toléré de manière condescendante à titre de passe-temps, un passe-temps trop lent, qui manque d’efficacité et ne contribue pas au bien commun. »

et s’inquiète – il écrit ce texte sans doute en 1999 puisque sa première publication est de l’an 2000 – s’inquiète donc du risque d’abandon de la mémoire du passé prenant exemple des étudiants de mai 68 qui voulaient du nouveau à tout prix :

« Défense de citer ! Les étudiants voulaient de la pensée originale ; ils oubliaient que citer, c’est poursuivre une conversation avec le passé afin de la resituer dans le contexte du présent ; que citer, c’est faire usage de la bibliothèque de Babel ; que citer, c’est réfléchir à ce qui a été dit avant nous et que, faute de le faire, nous parlons dans le vide, là où nulle voix humaine ne peut articuler un son. <<Ecrire l’histoire, dit Walter Benjamin, c’est la citer.>> »

Alberto Manguel en 2000 est inquiet par le caractère éphémère des média électroniques. A peur de la fin des archives des écrivains, de l’instantané, de la vitesse : ennemie de la lenteur indispensable à la réflexion à l’oeuvre dans la lecture individuelle. Reconnait à ces média, toutefois, leur utilité pour communiquer… Il imagine cependant une sortie possible à cette course perpétuelle :

 » Avec ses fonctions d’écriture et d’audio, le texte électronique chevauche à la fois la tradition orale et la tradition écrite ; à la longue (on peut du moins l’espérer), il se libérera de l’une et de l’autre et développera son propre langage technologique. « 

Il parle alors du mauvais usage des média électoniques, cédérom, premieres liseuses comme cette rocket-book – on est en 2000, date de la première tentative de lancement du livre électronique :

 » Ce mauvais usage, je crois, ne durera pas longtemps, mais il durera tant que les artistes ne s’empareront pas de ce nouveau médium et ne lui donneront pas son propre langage, comme ils l’ont fait après l’invention de la photographie, de la radio, du cinéma, de la vidéo. »

Ce moment est là. Non ?

Ces extraits proviennent du texte d’Alberto Manguel : La bibliothèque de Robinson, publié en 2000 chez Leméac à Ottawa. Il est disponible dans une nouvelle édition : Pinocchio et Robinson : pour une éthique de la lecture (L’Escampette éditions, 2005)

Silence

« L’histoire du livre imprimé commence par une bataille juridique et industrielle »

Publié le Mis à jour le

« L’industrie typographique européenne – sinon l’imprimerie – est née à Mayence vers 1455. Le premier ouvrage imprimé connu, le Psautier de Mayence, date du 14 octobre 1457. Il est l’oeuvre de deux anciens associés de Gutenberg, Jean Fust, qui fut son financier, et Pierre Schoeffer, un ancien étudiant de l’université de Paris à qui Gutenberg apprit les secrets de son métier. L’histoire du livre imprimé commence par une bataille juridique et industrielle. Gutenberg meurt dans la pauvreté. Pendant dix ans, les imprimeurs de Mayence gardent jalousement le secret de la fabrication de leurs livres. Ils commencent à produire et à vendre des grammaires latines, des calendriers, et la fameuse Bible à 42 lignes dont on fera plus tard symboliquement le premier livre. Dix ans de monopole et d’améliorations techniques qui les font passer du livret, du placard aux grands ouvrages. Mais le nombre des apprentis initiés grandit. Les secrets de la fabrication des poinçons, des matrices et des alliages circulent sur les routes d’Europe dans les maigres bagages des ouvriers typographes allemands en route vers les centres de diffusion du savoir.

Cela se passe très vite, compte-tenu des obstacles à la circulation des choses. »

(Le pays de la littérature : des serments de Strasbourg à l’enterrement de Sartre / Pierre Lepape. – Paris : éditions du Seuil, 2003. – (Points ; n° 574). – citation p. 85)

Bataille juridique et industrielle – Obstacles à la circulation des choses : cela ne vous rappelle rien ? Je me demande quel sera l’ebook considéré symboliquement comme le premier livre numérique de la révolution en cours ? Et quelle sera la langue de l’ebook choisi ?

Silence