Mois: avril 2008

« Entre 4 planches » : le court-métrage des Requins Marteaux est disponible sur Internet

Publié le Mis à jour le

L’an passé, aux Rencontres du Neuvième art d’Aix-en-Provence, nous avions diffusé lors d’une journée d’étude consacrée à la bande dessinée adulte alternative, le court-métrage ENTRE 4 PLANCHES réalisé par les Requins Marteaux, éditeurs alternatifs, auteurs du site disjoncté : Supermarché Ferraille.

.

Ce film est désormais disponible sur leur site. Ne le ratez pas, c’est un petit bijou. Comme le précise, l’excellentissime site Du9, l’autre bande dessinée, c’est « un récit doublé d’une fable sociale, tour à tour poignant, haletant et inquiétant dans les coulisses de l’industrie de la bande dessinée, un monde décidément sans pitié. Quand le septième art rencontre le neuvième, ou l’inverse« 

.

Vous allez passer un bon moment !

.

Silence

Publicités

« Nous voilà nus face à l’Etat » ou la mort de la DLL par Dominique Lahary

Publié le Mis à jour le

Nous voilà nus face à l’Etat

est le titre du billet de Dominique Lahary sur son DLOG,

consacré à la mort de la DLL (Direction du Livre et de la Lecture).

.

Surfez vite jusqu’ à lui, vous pourrez lire la nouvelle organisation du ministère de la Culture… et une analyse pertinente de DL : « Bien sûr, la DLL n’est pas la seule victime de la réforme. A la trappe, les archives, la musique et la danse, les musées. Tout cela est remouliné en trois concepts, quand chacun de ses domaines ressortit à la fois au patrimoine, à la création, à la diffusion, à l’ économie culturelle. La structure crée la pensée. Que pensera l’Etat ? Il faudra en tout cas, plus que jamais, lui donner à penser, exister face à lui, assumer une continuité que, dans son organisation, il s’apprête à ne pas voir..« 

Voir aussi Chronique d’une mort annoncée sur le blog d’Olivier Tacheau

Silence… on meurt ?

Journée d’étude : LA CONSTITUTION DE CATALOGUES, mardi 17 juin 2008

Publié le Mis à jour le

Je relaie simplement cette journée d’étude qui s’annonce passionnante, consacrée à nos catalogue de bibliothèque, au catalogage et à la nouvelle donne apparue avec le Web 2.0, information fournie par Philippe Moussu du CNFPT de PACA. En voici le texte intégral et tous les renseignements pratiques :

LA CONSTITUTION DE CATALOGUES

organisée par l’Enact de Nancy et le Centre Régional du Livre de Lorraine

Le catalogage, c’est-à-dire le signalement des documents et l’organisation des fichiers, s’est développé, précisé et normalisé de la fin du XIXe siècle à celle du XXe siècle, au point de devenir une activité emblématique de la profession de bibliothécaire.

Cette activité, fortement marquée par l’informatisation qui a supprimé les tâches d’intercalation, permit d’établir des liens et modes d’interrogation plus souples, puis enfin, et surtout, la récupération de notices bibliographiques, de notices d’autorités et des liens qui les unissent.

Mais c’est désormais l’existence même du catalogue et du catalogage que remet en cause la numérisation des documents. En effet, la question n’est plus aujourd’hui de décrire un document afin d’en permettre la consultation, mais de « baliser » les points d’accès d’un contenu qui, imprimé, enregistré ou gravé, sera d’abord un document numérisé, car, le double mouvement de numérisation rétrospective des collections existantes et le projet de numérisation courante (ou de dépôt numérique) abolit la frontière entre le signalement du document et l’accès à son contenu.

Dans ce contexte, il est urgent que les équipes prennent conscience :

  • de l’archaïsme du catalogage local et de ses lacunes – notamment la mauvaise gestion des données locales par la confusion entre la cote et l’index ;
  • de l’importance, non pas seulement de la récupération de notices, qui n’est qu’une étape, mais de l’harmonisation des accès, aujourd’hui aux notices, demain aux documents.

Cette journée d’information a pour but de faire le point sur ces mutations, d’offrir des informations concrètes pour la définition de stratégies de récupération efficaces permettant de mettre fin aux tâches coûteuses de catalogage, redondantes avec les services gratuits offerts par la Bibliographie nationale française, de se doter de données locales utiles au développement et l’évaluation des ressources documentaires, et enfin, d’anticiper, autant qu’il est possible, sur les conséquences de la numérisation.

Thierry GIAPPICONIDirecteur de la Bibliothèque de FRESNES

PROGRAMME

A partir de 9h00 : accueil des participants autour d’un café…

9 h30 à 9h45 : présentation de la journée par Jean-Jacques DUFFOURC – Directeur de l’ENACT, Jenny RIGAUD – cadre pédagogique, animatrice du pôle de compétences Bibliothèques et Centres Documentaires – ENACT Nancy et Aurélie MARAND – Directrice du Centre Régional du Livre de Lorraine

9h 45 à 11h00 : La politique du catalogage : quels sont les objectifs visés ? Les utilitaires bibliographiques et les réseaux de catalogage. Historique des normes et des formats

Intervention de : Alain JACQUESSON, ancien Directeur de la Bibliothèque de Genève

11h00 à 11h15 : Echanges avec la salle

11h15 à 12h30 : Qu’est-ce qu’un catalogue aujourd’hui ? La gestion des exemplaires. Les types de notices commerciales et institutionnelles

Intervention de : Thierry GIAPPICONI – Directeur de la Bibliothèque de FRESNES

12h30 à 13h45 : Pause déjeuner prévue à l’ENACT

13h45 à 14h45 : Comment utiliser les notices dans la chaîne du

traitement du document ? Impacts dans l’organisation – Exemples

La BNF : acteur d’une harmonisation nationale

Les évolutions des modes d’accès au catalogue

Intervention de : Thierry GIAPPICONI – Directeur de la Bibliothèque de FRESNES

14h45 à 15h00 : Echanges avec la salle

15h 00 à 16h00 : Que faut-il modifier dès à présent pour aller vers le

système d’autorité ?

Prospective et point sur les évolutions en cours.

Intervention de : Christian LUPOVICI – Directeur de l’Agence Bibliographique Nationale

16h00 à 16h30 : Echanges avec la salle

Renseignements : ENACT :

Jenny RIGAUD : jenny.rigaud@cnfpt.fr – 03.83.19.22.23

Inscriptions : Alexandre LAVERSIN : alexandre.laversin@cnfpt.fr – 03.83.19.22.09


Standard ENACT : 03.83.19.22.22

Centre Régional du Livre de Lorraine
Aurélie MARAND : Aurelie.Marand@cr-lorraine.fr – 03.87.33.67.69

En espérant que nous aurons la possibilité d’avoir un compte-rendu des interventions, pour ceux qui ne pourront pas venir

Silence

Un monde de rêve ? Un monde avec une police des bibliothèques… c’est une bande dessinée de Jason SHIGA : BOOKHUNTER

Publié le Mis à jour le

En publiant le travail de Zeina Abirached, les récentes éditions Cambourakis nous ont habitué à la qualité. Elles renouvèlent cette habitude en publiant un livre disjoncté, signé Jason Shiga : Bookhunter. Littéralement, chasseur de livres…

Ce Jason Shiga, né en 1976, a travaillé un jour à la bibliothèque publique d’Oakland en Californie. Il en a tiré un polar haletant avec poursuites… c’est américain… avez-vous déjà vu un film américain sans poursuites ?… bon, si cela existe… donc… poursuites à bord du bibliobus ou avec un chariot de livres, étagères coulissantes permettant de coincer les voleurs… délirant mais précis sur nos métiers…

Bibliothécaires de Bibliothèques Départementales, ce livre est pour vous ! Pour les autres types de bibliothèques aussi…

L’histoire ? Dans la bibliothèque d’Oakland, les exemplaires existants de l’ouvrage Le lobby chinois en Amérique ont été volés. (En plus, c’est d’actualité !) Pour tenter de repérer le voleur, la police des bibliothèques, menée par l’agent Bay, a fait imprimer deux autres copies avec une encre radioactive. Par chance, cette précaution a permis, comme c’était souhaité, de localiser le voleur… Dans ce monde où chaque livre est reconnu comme étant un petit trésor, les « délinquants du livre » sont de plus en plus nombreux. Et déterminés. Mais la police des bibliothèques a été créée pour faire face à la menace qu’ils représentent et dotée de gros moyens.

Une uchronie ce livre ? Vous, vous faites comment pour récupérer vos livres que ces lecteurs chenapans ne vous ramènent pas ? Une banale lettre de rappel… Une amende… Pouah ! Jason Shiga propose sa solution… Drôlement efficace…

Bonne lecture,

Pensez à regarder les autres bouquins édités par les éditions Cambourakis… c’est frais, c’est nouveau… ça demande que l’on regarde de plus près…

SHIGA SHUPER !

Silence

Jubilation 9 : fondus de typologies, de classements et de classifications ? Vous vous reconnaissez… vous n’êtes pas seul !

Publié le Mis à jour le

Penser… Classer… Penser… Classer… une obsession des bibliothécaires ?

Pas seulement… ouf !

Fondus de typologies, de classements et de classifications, vous devriez aller faire un tour sur le site :
LE MONDE DU CLASSEMENT

c’est une petite merveille… de poésie… si, si…

Même si il explique ceci :

« La taxinomie (du grec taxis : rangement et nomos : loi) est l’étude théorique de la classification, de ses bases, de ses principes, des méthodes et des règles. A l’origine le terme « taxonomie » (crée par A. P. de Candolle dans sa théorie élémentaire de la botanique, 1813) ne s’intéresse qu’à la classification biologique.
Aujourd’hui on préfère appeler l’étude de la classification des êtres vivants : systématique
tandis que la taxinomie ou taxonomie (par confusion) élargie son champ d’application aux objets de la pensée.

Mais il existe beaucoup de synonymes pour désigner un classement : typologie, indexation, rangement, hiérarchie, catalogue, classification (la classification suggère la méthode tandis que le classement en est le résultat).
De même que les mots désignant les éléments d’un classement : critère, ordre, taxon, catégorie, classe, groupe, espèce, famille, genre… »

Reste la question de l’utilité de la catégorisation. Pour cela, considérons notre pensée et son fonctionnement. Ce dernier nous apprend qu’il est nécessaire de classer les informations qui nous parviennent pour pouvoir les manipuler.
En effet, notre cerveau simplifie nos perceptions de l’environnement ou les réflexions de notre pensée en regroupant par similitudes les objets ou concepts.
Dans le cas contraire, nous deviendrions totalement inefficaces de part la quantité incroyable d’informations que nous traitons chaque seconde.
C’est pourquoi il est indispensable de sélectionner et hiérarchiser pour pouvoir prendre une décision.
Les classements nous donnent donc une représentation simplifiée et ordonnée de tout domaine de connaissance.
Enfin, les classements permettent la mémorisation de toute information. Ils sont essentiels à toutes les étapes (acquisition, stockage, accès) et les différentes catégories dans lesquelles vous rangerez vos propres connaissances vous aideront à ne rien oublier
.

L’auteur, Thomas Heitz, est chercheur en informatique avec comme domaines d’intérêt : l’informatique, la linguistique, la philosophie et la connaissance. Vous pouvez consulter son site personnel ou son site professionnel.

Ce site est orienté vers la représentation des connaissances. Il fait partie d’un projet dont l’objectif est l’utilisation efficace des connaissances. L’acquisition ainsi que l’accès aux connaissances sont aussi traités dans ce projet. Si ces sujets vous intéressent n’hésitez pas à lui écrire pour en discuter.

Découvert grâce au message de biblio.fr d’ Yves Desrichard de la BIU de Montpellier… Merci…

Silence