Mois: mars 2008

Chemint faisant 3: nouvelle vie…

Publié le Mis à jour le

Qu’ont en commun Paul Verlaine, Frank Zappa, Arthur Rimbaud, Léo Ferré, Charles Baudelaire, Albert Camus, Georges Brassens ?

Ce sont des poètes ? OUI

Ce sont des musiciens ? OUI

OUI, OUI mais encore ?

Ils sont morts ? OUI, ils nous manquent…

Alors ?

Vous ne savez pas ?

Il vivent de nouveau…

Vous ne me croyez pas, bien évidemment…

Pourtant, je vous encourage à cliquez sur leurs noms pour découvrir leur point commun ?

Paul Verlaine, Frank Zappa, Arthur Rimbaud, Léo Ferré, Charles Baudelaire, Albert Camus, Georges Brassens

C’est impressionnant, tout de même, vous ne trouvez pas ?

Certains morts, ont plusieurs fans, et vivent plusieurs vies en une : Léo Ferré, par exemple.
L’ubiquité… après la mort…

Un autre monde est possible… (bon, çà c’est pour rire…)

Dans l’univers de la recommandation (des sites de lecteurs, par exemple, qui parlent de leurs lectures), voici une voie qui pourrait être intéressante à répertorier : dans un wiki, avec del.icio.us ou autre ?

Silence

Jubilation 8 : un enregistrement audio de 1860 datant de l’époque de Charles Baudelaire !

Publié le

En 1857, Charles Baudelaire publiait ses fleurs du mal ! J’aime beaucoup les fleurs… les clins d’œil et les nuages… et le clair de lune…

En 1860, un parisien du nom d’ Édouard-Léon Scott de Martinville, enregistrait le tube centenaire : « Au clair de la Lune ». Il avait réussi à retranscrire des ondes sonores sur une feuille de papier noircie par la fumée d’une lampe à huile. Presque de la poésie…

Les retranscrire, mais pas les réécouter. C’est chose faite : des ingénieurs américains ont réussi à « faire parler » cet exceptionnel document. Fabuleux, non ?

Pour écouter ce moment de bravoure, voici l’article du New York Times.

premier-enregistrement-sonore.jpg

Ils détronent ainsi Thomas Edison pour la première place de celui qui enregistra le son. Faut dire que Edison a plutôt mauvaise réputation : un petit peu voleur d’inventions des autres mais assurément grand visionnaire des possibilités des dites inventions.

Ainsi va la vie… entre les rêveurs et les terre-à-terre…

Cela n’a pas beaucoup d’importance… finalement… si on y réfléchit…

Tristesse de la lune.

Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse;
Ainsi qu’une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d’une main distraite et légère caresse
Avant de s’endormir le contour de ses seins,

Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l’azur comme des floraisons.

Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,
Elle laisse filer une larme furtive,
Un poète pieux, ennemi du sommeil,

Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,
Aux reflets irisés comme un fragment d’opale,
Et la met dans son coeur loin des yeux du soleil.

(Les Fleurs du Mal / Charles Baudelaire. – 1857)

Information signalée par Gilles Rettel sur discothécaires.fr…

 Silence

Du Podcast video : 3 exemples d’utilisation ou pourquoi ne pourrions nous pas faire la même chose ?

Publié le Mis à jour le

Au gré de mes chemins dans les flux de zinzinternet, voici trois propositions de mises en valeur d’interviews ou de conférences autour de la culture qui pourraient inspirer les équipes de bibliothécaires.

D’abord, un nouveau site : Web-tv-culture qui :

« se veut un lieu de rencontres et d’échanges pour tous les amoureux des livres : auteurs, éditeurs, libraires, lecteurs. Tous ceux dont la vie ne saurait se concevoir sans les livres. Alliant à la fois la facilité d’Internet et la convivialité de la vidéo, Web TV Culture est un site vivant sur lequel les auteurs présentent leurs œuvres, les libraires donnent leurs coups de cœur et les lecteurs partagent leur opinion sur les derniers livres parus. Romans, essais, biographies, bd. Tous les livres ont leur place sur Web TV Culture. En toute simplicité, les auteurs parlent d’eux, et les libraires sont invités à donner leur point de vue. En quelques clics, vous pouvez même commander le livre présenté et le recevoir directement chez vous en quelques jours.« 

J’aime bien la limpidité du site, la fluidité et la qualité des films et des interviews. MAIS, j’espère que nous aurons TOUS les livres comme la note d’intention du site le dit plus haut. Pour l’instant, je ne suis pas convaincu par le choix des auteurs : plutôt têtes de gondoles ou d’Office… Proposition aux membres du site : prendre n’importe lequel des numéros du Matricules des Anges et interviewer les auteurs cités… Cela nous changera des inévitables Sollers, Tillinac, Saint-Bris ou autres…

Ensuite, le site de la télévision québécoise Téléquébec propose les podcasts de l’émission de Stéphan Bureau : Contact sous-titrée (humblement ?) l’encyclopédie de la création.

Dans la rubrique video, vous pourrez voir de la balladodiffusion, le terme de nos cousins canadiens pour l’acronyme podcast. Avec des écrivains, des scientifiques qui sont certes beaucoup en tête de gondoles mais à la différence du site précédent, Stéphan bureau passe pratiquement une heure d’interview avec l’auteur choisi… avec un art d’intervieweur certain…

Enfin, les conférences de la BPI mises en ligne au bénéfice de tous dans la rubrique Les Archives sonores

Pourquoi ne pourrions nous pas faire la même chose sur nos portails de bibliothèque ?

Une caméra numérique, un auteur, des questions, un éventuel petit montage avec un logiciel de type Adobe première, une autorisation de diffusion de l’auteur… Pas même besoin de mettre sur notre serveur … un site de partage vidéo suffit…

Pas de compétences en interne ? Il faut s’y mettre… demander des formations… envoyer aux institutions comme le CNFPT vos besoins de formation pour que l’année suivante, un stage se déroule…

Intérêts : présenter de manière permanente vos enthousiasmes. Guider, donner à lire, à écouter, à comprendre.

Rien que ça ?

Nous avons trop attendu…

L’excuse du temps et des moyens n’est plus d’actualité… Je vous parle d’envie…

Silence

Pour rire sur le site des Têtes à claques…

Publié le Mis à jour le

Découvert grâce au site du Bibliothécaire errant :

un clip intitulé La Bibliothèque sur le site des Têtes à claques…

la-bibliotheque.jpg

Silence

anges1.gif

Un univers netvibes pour sa bibliothèque : c’est encore à Romans sur Isère !

Publié le Mis à jour le

Où s’arrêteront les romanais ? Nul ne le sait…

Dans cet ancien petit village gaulois… sévit une bande de joyeux bibliothécaires zybrides…

Voici leur nouvelle initiative : un univers netvibes public pour la Médiathèque de la Monnaie à Romans sur Isère, développé par Lionel Dujol, déjà papa de Touti Frouti.

Vous ne le savez pas ? Mais je suis obsédé en ce moment par les univers netvibes… bien que ne suis pas encore arrivé sur la nouvelle version : Ginger pour cause de retard de lectures. Mais, bon çà va venir… Y me faut parfois un peu de temps pour digérer…

et puis, la sieste méditerranéenne…

Petit rappel des billets que j’ai déjà consacrés à cette technologie géniale de veille et de mise en valeur de ressources…

10 février 2008
L’utilisation des univers netvibes se développe : Kiosque presse est une revue de presse thématique

16 décembre 2007
Des univers netvibes à foisons : exemples de pages de veilles… publiques !

26 novembre 2007
Comment utiliser un agrégateur de fils RSS pour le public ?

and the last but not the least…

27 octobre 2007
Biblioflux et Discoflux : 2 initiatives à saluer !

Silence

La Bande dessinée adulte alternative 2 : le modèle finlandais

Publié le Mis à jour le

ABF PACAAgence Régionale du Livre PACA Rencontres du 9ème Art

« La bande dessinée adulte alternative 2 : le modèle Finlandais »

Lundi 7 avril 2008

Cité du Livre – Salle Armand Lunel

Aix-en-Provence

expo-finlande5.gif

8h45 – 9h15 :

Accueil par Gilles Éboli, Président du groupe ABF Paca ; Léonor de Nussac, Directrice de l’Agence Régionale du livre PACA et Michel Fraisset, directeur des Rencontres du 9ème Art.

9h30 – 10 h30 : Présentation de la chaîne du livre en Finlande par Iris Schwanck – Commissaire de la Saison Finlandaise en France et responsable du FILI (Centre d’information sur la littérature finnoise)

10 h30 – 12 h 30 : La bande dessinée finlandaise, la bande dessinée française : similitudes et différences ?

Table ronde avec Kirsi Kinnunen (traductrice BD finlandaise – commissaire expo Aix), Kati Kovàcs (dessinatrice), Ville Ranta (dessinateur et éditeur), Amanda Vähämäki (dessinatrice), Tommi Musturi (dessinateur et éditeur), Petteri Tikkanen (dessinateur, album et presse), Heiki Paakanen (dessinateur, album et presse), Aapo Rapi (dessinateur, album et presse).

Modérateur Laurent Mélikian, journaliste spécialisé BD.

12h30 – 14h 30 : pause déjeuner

14 h 30 : L’exemple de Moomin, best seller Finlandais, avec la présence de Sophia Jansson, qui présentera l’histoire éditoriale de Moomin, et Emmanuelle Lavoix (Éditrice Lézard Noir, qui publie Moomin en France).

15 h 30 – 17 h : Visite de l’exposition « SARJAKUVA BD FINLANDE », la plus grande exposition jamais organisée à l’étranger sur la BD finlandaise, présentée par les artistes.

Voir aussi tous les sites des auteurs.

****

Journée organisée par Aurélie Giordano (Agence Régionale du Livre PACA), Franck Queyraud (ABF PACA, Médiathèque de Saint-Raphaël) et Serge Darpeix (Rencontres du 9ème Art)

***

Journée ABF « La bande dessinée adulte alternative »

Coupon à renvoyer avant le 29 mars 2007 à L’Agence Régionale du Livre PACA

8/10 rue des Allumettes 13098 Aix en Provence cedex2

Ou par mél : aurelie.giordano@livre-paca.org

L’inscription est gratuite – Possibilité de déjeuner sur place (Cafétéria Méjanes, menu entre 8 et 10 euros)

Nom /Prénom :                          

Adhérent ABF n°                                            Non adhérent

Mél :

Établissement :

Jubilation 7 : éloge de la lenteur par Jean-François Manier, éditeur

Publié le Mis à jour le

« Au risque de n’avoir plus à déguster, dans un avenir proche, qu’une littérature « fast-food », il me paraît urgent de résister aux pouvoirs grandissants des gestionnaires de la culture. Le livre est un tel enjeu qu’il exige d’autres critères de valeur que sa seule vitesse de rotation. Et je crois même que son irremplaçable richesse tient à ses lenteurs, à ses pesanteurs.

.

Ce sont ces contraintes qui font du livre cette liberté qui dure. Oui, il faut un autre temps pour le livre : un temps pour l’écrivain face à son oeuvre, pour l’artisan face aux papiers, aux encres, le temps aussi pour le bibliothécaire en ses choix, le libraire en son commerce, comme pour le lecteur en son plaisir. Le temps, sans doute, que mûrissent les rencontres, que s’accomplissent les imprévisibles métamorphoses. Le temps du lent émerveillement.

.

Celui de l’urgence d’aimer. »

.
.
.
Recopié d’une carte postale éditée par Jean François Manier, Cheyne éditeur, 43400 Chambon-sur-Lignon

Regards sur la littérature israëlienne : salon du livre mars 2008

Publié le Mis à jour le

Si comme moi, vous n’avez pas pu vous rendre au Salon du Livre, le site Akedem a eu la très bonne idée de filmer les rencontres avec les écrivains israéliens et de les mettre à disposition sur le site.

Une heure avec les écrivains, c’est ici.

et

Toutes les tables-rondes sont !

Face à cette scandaleuse polémique de boycott, il faut comme à chaque fois dans ce genre d’instrumentation, retourner aux textes des écrivains, écouter leurs voix…

Deux mots en réponse contre les dialecticiens et les faiseurs de morts : l’écoute et le dialogue… seule route possible…

La polémique tue la lumière…

Silence

Une « biblio-charrette » pour le Burkina

Publié le Mis à jour le

L’association Dibri-Dani (« Echanges de savoirs »), installée à Nanterre, veut créer une bibliothèque à Tiébélé au sud du Burkina Faso, pays francophone.

Des locaux ont déjà vu le jour là-bas depuis la création de l’association en 2002. Mais les intempéries ont eu raison de l’édifice. Deux tonnes de livres ont été acheminées l’an dernier, et la bibliothèque avait commencé à rencontrer un véritable succès auprès de la population.

Aujourd’hui, il s’agit de reconstruire un nouveau bâtiment et d’organiser un système de prêt itinérant pour les populations éloignées du centre : une « biblio-charrette », version locale de notre bibliobus.

Pour récolter des dons, l’association organise une séance de cinéma les 29 et 30 mars prochain et une vente d’objets artisanaux à Nanterre. (Contact : 01 47 73 81 32).

Information tirée du Journal de l’Action Sociale de Mars 2008.

Merci Nathalie pour le signalement…

Silence

 

Incroyable : une tranche de vie à propos de la sélection de musique sur Internet…

Publié le Mis à jour le

Aujourd’hui, lundi 24 mars 2008, pour la première fois de ma vie…

j’ai aujourd’hui 42 ans, 8 mois et quelques jours…

pour la première fois de ma vie (Quel ringard !), donc, j’ai téléchargé sur itunes un album repéré grâce au MySpace du groupe : Tribeqa… et grâce aussi à une amie qui m’a dit d’aller jeter une oreille sur ce MySpace…

Les quelques titres en écoute m’ont persuadé… Mais, voilà, lundi 24 mars = lundi de Pâques… Magasins fermés… Commander en ligne ? Oui, mais je ne l’aurai pas tout de suite… Alors, je me lance : création du compte sur itunes… achat… téléchargement…

Résultat : 5 minutes !!! Je le transfère sur mon ipod…

En plus, je n’ai pas abîmé la planète, je n’ai pas pris ma voiture pour aller chez mon disquaire… qui est fermé de toute façon…

Qui dit mieux ?

Cette facilité d’utilisation anéantit tous les discours protectionnistes… Le prix ? 9,99 €. Certes, il est nécessaire d’avoir une carte bancaire…valide… Mais le prix ? Certaines nouveautés cd sortent autour de 23 €. Quelques semaines après, on les retrouve dans des opérations promotionnelles autour de 9 € voire 6 €. J’ai en mémoire le dernier cd de Jenifer, qui à peine sorti, se retrouve dans cette situation. 23 € versus 9 € ! De qui se moque t’on ? Cochon de payeur !!!

Mais, tout n’est pas si rose…

Un autre jour, j’ai essayé d’acheter une vidéo sur Artevod… J’ai créé un compte, payé (6.99 €)… jusque là tout va bien… Quand j’ai téléchargé, gros problèmes : mon ordinateur n’était pas au top de sa forme selon les tests de Artevod… Il me fallait le logiciel un tel de la dernière version, mon système d’exploitation n’allait pas… il me fallait aussi mettre à jour… J’ai essayé de le faire… mais la mise à jour de mon système d’exploitation faisait planter ma livebox… du coup, je n’avais plus Internet…j’ai communiqué avec le service après vente d’Artevod… plusieurs fois… un mur… il me fallait un ordinateur au top !

Faites le test de configuration…

Résultat, j’ai abandonné… J’ai payé 6,99 €… je n’ai jamais eu le film commandé… je me suis lassé…Trop compliqué… J’ai eu mon film autrement…

Pourtant, je fais parti soi-disant des utilisateurs dit avancés…

Trop de technique tue la technique…

Pourquoi les services en ligne de sociétés publiques (Artevod, RadioFrance…) sont toujours plus compliqués que ceux des sites de sociétés privées (TF1, Vodeotv, Itunes…) ?

Revenons à Tribeqa : je vous conseille d’ailleurs… Il y a un certain Magic Malik à la flûte sur certains morceaux. Vous savez le Magic Malik qui a fait cet album de jazz ovni : 69 96…

magic-malik.jpg

… des musiques qui viennent d’on ne sait où !!!

Excusez moi de vous raconter ainsi ma vie : à 42 ans, 8 mois et quelques jours, le bibliothécaire, jadis bibliothécaire musical, télécharge son premier album…

Je viens de rejoindre la nouvelle génération qui télécharge à tout va… de tout… un peu… ou beaucoup… butinant des atmosphères comme on zappait sur une radio, jadis…

En disant cela, je sais aussi que je ne vais pas changer du jour au lendemain : je ne me vois pas télécharger seulement un titre… je suis obligé de télécharger l’ensemble de tous les titres…

je ne peux pas imaginer tronçonner le… par exemple… Wish you were here des Pink Floyd…

je ne peux pas écouter seulement un titre…

j’écoute l’album ou rien…

Mais je suis d’une autre génération…

Tout cela, pour vous dire quoi ?

Comment on fait maintenant nous, les bibliothécaires ?

Comment on fait pour faire de la sélection de musique sur Internet quand on veut proposer de la musique à ses usagers en Médiathèque ?

Comment la proposer, cette musique, quand elle n’existe pas du tout sous la forme d’un support édité et distribué par un vrai intermédiaire musical qu’on appelle un label, un éditeur, une major ou autre ?

Comment faire son choix sur Jamendo, par exemple, une sorte de grand label numérique où l’on trouve le pire comme le meilleur ? Mais beaucoup de belles choses…

Comment met-on en valeur des musiciens qui n’ont pas une image valorisée par les moyens médiatiques de notre époque : radio, tv, presse musicale ?

De notre rôle de sélectionneur, il faut dorénavant endosser le rôle de découvreur dévolu auparavant aux gens des maisons de disques…

Je vous laisse avec mes questions…

Allez, je retourne écouter mon premier achat numérique… mince, j’ai pas la pochette ni le livret… zut… c’était mieux avant… rezut… Voilà que je parle comme certains responsables de majors…

Silence

__________

lampes-metro.jpg

Corrélats pour aider à la sélection : des sites de streaming légaux… et communautaires…

Le tout nouveau site Jiwa (13 mars 2008) avec le catalogue Universal music : voir un article de clubic.

Quelques autres :

Deezer

Imeen

Last.fm

Sonific

 

 

« Journée lunaire » d’Emmanuel Olivier aux éditions L’Altiplano

Publié le Mis à jour le

« Merci à ceux qui m’ont supporté« . Telle est la phrase en exergue au premier livre de bande dessinée d’Emmanuel Olivier : Journée lunaire publié par les récentes éditions L’Altiplano. Tel pourrait être aussi le dilemme de Thomas, le personnage dépressif de cette bande dessinée placée sous les auspices de l’astre sélène , qui ne supporte plus sa vie, les autres, la société…

journee-lunaire.jpg

.

On a tous connu une journée comme celle vécut par Thomas, le héros perdu de cette histoire. Journée sans lumière, journée sans âme. Journée noire et blanche comme le trait et les dessins de l’auteur. Ambiances sombres et quotidien désolant où l’on n’a plus envie de rien. Parfois, au détour du vol, de deux mouches, les pensées de l’auteur semblent se mélanger avec les propos du personnage. Thomas ne sait plus où il en est, proche de la folie, est persuadé que ses cauchemars se réalisent dans la vraie vie. Thomas vivra une journée explosive, libératrice pour atteindre la catharsis qui le libèrera de son quotidien, pour transformer ses cauchemars en rêve, retrouver une certaine sérénité, un autre rythme.

Graphiquement, sur ce premier travail publié, la force de l’histoire permet de faire passer les proportions parfois approximatives des personnages. On privilégiera les cadrages et cette utilisation judicieuse du noir et blanc pour les mises en situation grâce à une multiplication de traits incisifs pour créer du dynamisme.

D’après sa notice bibliographique, Emmanuel Olivier est né en 1983. « Après quelques tâtonnements, il s’est lancé pleinement dans la bande dessinée lors de ses études aux Beaux-Arts d’Épinal. Actuellement en quête d’un emploi, mais guère convaincu par la démarche, aussi commune soit-elle, il se demande, lui aussi, s’il a encore le droit de croire en ses rêves. »

Un jeune auteur à encourager…

.

massecritique.jpg

Cette critique est publiée dans le cadre de l’opération Masse critique du site Babelio.

Silence.

Jubilation 6 : Quichotte et les invincibles, un spectacle d’Erri de Luca

Publié le Mis à jour le

Attention Talents

Conjuguez au présent l’écrivain Erri de Luca,

les musiciens Gianmaria Testa et Gabrielle Mirabassi,

mettez les autour d’une table avec une bonne bouteille

des guitares, une clarinette

cela donne un spectacle : Quichotte et les invincibles

et le nouveau livre-DVD d’Erri de Luca qui vient de paraître aux éditions Gallimard

quichotte.jpg

Courrez-vite chez un de mes libraires préférés ou vers le votre…

impossible de ne pas être touché par la grâce de ces trois bonshommes …

 Silence

————————-

pict0114.jpg

En savoir plus, le Myspace de Gianmaria Testa… qui prépare aussi un disque hommage à Léo Ferré

Enfin, un site remarquable sur Erri de Luca,

sans oublier le numéro 39 de juin-août 2002 du Matricule des Anges.

Silence