La grande misère des bibliothèques françaises par Françoise Benhamou sur RUE 89

Publié le Mis à jour le

Il y a des choses intéressantes dans cet article de Françoise Benhamou de l’Université de Paris I et aussi dans les commentaires qui y sont associés… notamment sur les horaires d’ouverture… suite à l’intervention de la ministre de la culture et de la communication Christine Albanel sur la politique du livre (rapport d’Antoine Gallimard) au conseil des ministres du 14 novembre 2007. Mme Albanel prône une extension des horaires des bibliothèques publiques…

Certes…

Parmi les commentaires, parmi ceux qui ne sont pas anonymes voici celui de Tinhinane (Médiatrice scientifique) qui recentre le débat sur les attentes des usagers :

« Pour que les personnes qui fréquentent les bibliothèques soient satisfaites, il faut me semble-t-il que :

(1) ces établissements soient ouverts à des horaires compatibles avec leurs disponibilités.

(2) Qu’ils y trouvent rapidement ce qu’ils cherchent.

(3) Que les ressources mises à leur disposition soient de qualité.

(4) Que les ressources soient disponibles sur divers supports : numérique et autres.

(5) Que les conditions de consultation sont confortables.

(6) Que les lieux soient propres.

(7) Que les lieux soient sécurisés.

(8) Que la bibliothèque soit accessible, donc bien desservie par les transports en commun mais également accessible aux personnes à mobilité réduites, aux déficients visuels etc.

(10) Pour celles et ceux qui y passeront beaucoup de temps, qu’il y ait des espaces de décompression et de restauration à proximité.

(11) Qu’il y ait des accès aux ressources numériques avec les possibilités d’impression.

(12) Qu’il y ait des photocopieurs.

(13) Qu’il y ait des possibilités de consulter des ressources sonores et /ou des vidéos.

(14) Qu’il y ait des professionnels qui guident, orientent et accompagnent des recherches documentaires quelquefois imprécises.

(15) Que ces lieux culturels créent, provoquent, induisent d’heureuses rencontres avec un thème, un auteur,…

(16) Que les archives et documents rares, précieux soient bien protégés mais disponibles. Etc…  »

Cela implique un certain nombre de moyens financiers et humains à mettre en oeuvre… et un maintien d’un professionnalisme affirmé à l’heure d’une remise en cause de la formation.

Silence

__________________________________________________
Rappel : le rapport de Sophie Barluet (juin 2007) : pour que vive la politique du livre (rapport 2010)

Advertisements

2 réflexions au sujet de « La grande misère des bibliothèques françaises par Françoise Benhamou sur RUE 89 »

    nicomo a dit:
    lundi 10 décembre 2007 à 7:41

    Je suis personnellement de l’opinion que ce n’est pas d’abord une question de moyens. Question de volonté, d’organisation, d’état d’esprit, de relations sociales dans l’entreprise-bibliothèque. Et, loin derrière, de moyens.

    dbourrion a dit:
    lundi 10 décembre 2007 à 5:14

    Entièrement d’accord avec nicomo. Se planquer derrière le manque supposé de moyens, c’est le meilleur moyen de n’avancer jamais. En l’espèce, le dicton dit vrai, qui dit « Aide-toi, le ciel t’aidera… » Nous trouverons toujours de « bonnes » raisons de ne pas ouvrir plus, offrir plus, offrir mieux. Exemple : avec exactement les mêmes moyens humains, on peut, au choix : cataloguer toute la journée ; ou offrir un service public de proximité…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s