La loi Création et Internet et les bibliothèques depuis le 10 mars à l’AN !

Ci-dessous, en provenance de biblio.fr, le message de Dominique Lahary, porte parole et responsable de l’IABD (Interassociation Archives Bibliothèques Documentation) qui coordonne la réflexion et relaie les propositions pour amender le projet Création et Internet.

« Aujourd’ hui 10 mars commence à l’Assemblée nationale l’examen du projet de loi Création et Internet.

Les bibliothèques sont aussi concernées. L’IABD (Interassociation archives bibliothèques documentation dont fait partie l’ADBDP :


* propose un amendement pour compléter l’exception de reproduction introduite par la loi DADVSI du 1er août 2006 en faveur des bibliothèques ;


* analyse les questions de responsabilité des bibliothèques, dans le cadre de ce projet de loi  ;


* publie deux communiqués :


– l’un contre toute idée de portail blanc, (liste limitative de sites qui serait imposée aux accès publics à Internet) ;


l’autre réaffirmant que les archivistes, bibliothécaires et documentalistes ne sont pas les ennemis du droit d’auteur.
« 

*  Plus d’ information sur le site de l’IABD : http://www.iabd.fr

A suivre donc…

Reprise des travaux à l’Assemblée Nationale le 31 mars…

Silence

Facebook et l’Internet social sur nonfiction.fr et ailleurs… Mini-revue de presse

A ce jour, MySpace (né en 2003) comprend 110 millions d’inscrits ; Facebook (né en 2007) : 57 millions d’inscrits dont 200 000 nouveaux par jour ! Les copains d’avant (site francophone) : 6 millions de membres, sorte d’ Avis de recherche des anonymes, la célèbre émission de Patrick Sabatier !
.
.
got-a-new-home.jpg

.
.

Pierre Assouline dans son billet du 10 janvier 2008 s’étonne : « alors que les observateurs de la Toile s’interrogent encore sur la nature durable ou passagère du phénomène [Facebook], le vénérable Collins, prestigieux éditeur anglais de dictionnaires depuis 175 ans, n’a pas pu attendre douze mois de plus pour mettre sa pérennité à l’épreuve. Il fait figurer « Facebook » comme nom et comme verbe dans l’édition 2008 de son dictionnaire d’anglais qui paraît ces jours-ci à Londres.« 
.
.
Le site nonfiction.fr propose un dossier autour du phénomène FaceBook et de l’internet social. Il revient sur le sujet avec des articles de fond sur les opportunités mais aussi les questionnements posées par l’Internet social. Trois problématiques majeures structurent ce dossier : le narcissisme des utilisateurs, la politique, et la musique. Un article revient par ailleurs sur les moyens de protéger sa vie privée sur FaceBook. Enfin, plusieurs articles donnent un point de vue critique sur des ouvrages que nous avons sélectionnés.
Pour en savoir plus :
sur le concept de réseau social : qu’est que c’est ? et une analyse
.
.
.
Quant à Eric Dupin, il se presse le citron pour déclarer : mon réseau social c’est mon blog.
.
A l’initiative de Willy Ten, les bibliothécaires ont aussi un réseau social (si !) : Bibliothèques, espace francophone des acteurs de bibliothèques (80 membres).
.
Rejoignez-le ! Il dort…
Silence

Zaziweb et la médiation 2.0… a besoin de nous…

Je relaie entièrement le message d’Isabelle Aveline, créatrice et responsable du site Zazieweb (message paru dans Biblio.fr le 12 décembre 2007) qui fait une proposition à tous les professionnels du livre :

ZazieWeb existe depuis Juin 1996 sur la toile de l’internet culturel francophone. Conçu comme une véritable plate-forme d’échange, d’information et de mise en relation, chaque lecteur y crée son espace, définit son profil de lecture, commente sa bibliothèque, archive ses contributions, entre en relation avec d’autres lecteurs qui partagent ses centres d’intérêts (entres autres fonctionnalités…). C’est un site communautaire pour les lecteurs donc.

C’est aussi un outil de médiation de la lecture et des nouvelles pratiques de lecture, à la disposition des professionnels du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires…). Les potentialités du site sont importantes et souvent inexploitées. En tant qu’outil de médiation culturelle dans le domaine du livre par l’outil de prescription inédit qu’il propose : il permet la mise en valeur des fonds des éditeurs (de création de préférence…), le repérage et la valorisation du catalogue pour les bibliothécaires, et peut devenir un outil, de recherche et de lien avec le territoire pour les libraires, tout en relayant les événements & manifestations autour du livre.

Dans ce contexte on pourra dire que ZazieWeb est un réseau social francophone pour les amateurs de livres et les prescripteurs.

Le monde du livre expérimente en ce moment les prémisses de transformations importantes comme l’a connu l’industrie de la musique. (Re) apparaissent de nouveaux lecteurs de livres numériques comme Sony ou le Kindle de Amazon. Google poursuit son projet industriel de numérisation de livres, les auteurs se mettent à communiquer à travers les blogs ou des projets ciblés web… On observe ainsi toute une série de mutations propres au monde du livre et au numérique. Ces mutations technologiques s’accompagnent déjà de nouveaux usages concernant les pratiques de lectures : nomadisme, téléchargement, prêt, distribution, partage, échange, lecture/écriture web…

Il faudrait être capable d’accompagner/d’anticiper ces nouveaux usages par la mise en place d’interfaces technologiques et de gestion de contenus numériques, à la fois dans une nouvelle mise en forme de la médiation et anticiper la ré-organisation de la distribution. On observe ainsi comment les technologies sont des vecteurs de contenus et comment le design d’interface virtuel sur le net peut provoquer et accompagner du désir de lecture. (J’interviendrai d’ailleurs sur ce sujet le 22 janvier : Journée Fulbi – « Séduire en ligne » : le marketing des portails des bibliothèques et centres de documentation sur internet )

Or, aujourd’hui il se trouve que :
·    Les bibliothécaires recherchent un outil de médiation pour promouvoir
leur sélection, valoriser leur catalogue et répondre à la demande
d’information et d’orientation d’un nouveau public de plus en plus «
internet native »

·    Les institutions souhaitent des outils de diffusion et de médiation
adaptés aux nouveaux usages et capable de promouvoir les titres qu’ils
subventionnent, par exemple

·    Les libraires voudraient se faire connaître dans la qualité et
l’originalité de leur lieu
, sur un territoire donné et dans leur capacité
à promouvoir leurs fonds et l’édition de qualité

·    Les éditeurs cherchent à faire connaître leur catalogue

·    Les manifestations cherchent à promouvoir leur agenda

·    Les auteurs expérimentent sur d’autres supports et outil de diffusion

Tous ces acteurs produisent déjà énormément de contenus et effectuent un travail de médiation important et qualifié, mais diffus et non mutualisé, et pas forcément en lien avec les nouveaux publics. Ce travail « médiatique » sur l’internet demande en effet du temps et la mise en place de technologies appropriées.

A l’heure où le Web est largement investi par  le modèle libéral/viral des conglomérats industriels (Google, Amazon, FaceBook…) et leurs investissements marketing massif, le projet ZazieWeb — me semble t-il — peut proposer une alternative indépendante aux professionnels, objet d’intérêt des acteurs d’une politique du livre forte.

En optimisant son modèle technologique, le projet ZazieWeb aurait ainsi vocation à être travaillé – de l’intérieur – traversé par l’ensemble des professionnels de la « chaîne du livre » :
·    Outil de promotion des livres et contenus culturels pour les libraires, éditeurs et bibliothécaires
·    Réseau social à la disposition d’un projet de portail de vente des libraires indépendants
·    Mise en liens /réseau des individus/des communautés & des contenus
·    Expérimentation/confrontation entre la publication, l’édition & la technologie, l’outil, le média internet pour les auteurs
·    Mise en place de flux d’information thématiques

Pourquoi ?

Le projet Zazieweb existe depuis 11 ans sur l’internet culturel francophone et bénéficie d’une visibilité et d’une audience certaine. Il n’a pas d’équivalent en taille et qualité/quantité sur le web culturel francophone. Il a des équivalents anglo-saxons : Goodreads, Librarything et Shelfari

Quelques chiffres :
·    1 500 000 pages vues mensuelles
·    1 700 visiteurs uniques
·    18 944 membres (à ce jour)
·    17 163 inscrits à la newsletter (à ce jour)

Le public :
·    Les lecteurs amateurs
·    Les bibliothécaires
·    Les libraires indépendants
·    Les éditeurs
·    Les prescripteurs du livre
·    …

Parce que…
ZazieWeb, c’est une communauté de lecteurs, il semblerait opportun à l’heure où les médias, les prescripteurs traditionnels sont en perte de lectorat/de public, d’architecture…, d’interfacer ce public de e-lecteurs avec des prescripteurs traditionnels

ZazieWeb c’est déjà une notoriété, une marque sur le web, une technologie éprouvée, un lieu, une architecture, une interface… et une certaine expertise, un « machin » qui fonctionne, avec des vrais lecteurs, des usages, du contenu…

ZazieWeb peut apparaître comme un OVNI culturel & technologique, non, c’est une œuvre de bon sens et de service public, je crois…

C’est un acteur web et non institutionnel qui a su gagner la confiance, l’adhésion de son lectorat.

Au-delà de la technologie, ZazieWeb s’efforce de promouvoir la « longue traîne » des contenus… (promotion de la petite édition et des événements…)

Au delà ― toujours ― de la technologie, ce qui compte ce sont les contenus, les publics et la capacité d’avoir su construire/générer du lien entre eux, au risque sinon de vouloir faire exister à tout prix une technologie inhabitée…

S’il existe déjà des projets Web 2.0 et de réseaux sociaux autour de l’image ou du son, de la vidéo (Flickr, YouTube, DailyMotion…), il n’y a rien qui propose/travaille la mise en réseau social de ces contenus francophones… ZazieWeb peut, avec des moyens appropriés, développer des web services supplémentaires à partir de l’existant.

Construire ensemble LE « BookFace » francophone. On rêverait pour cela… JE rêve d’un IRCAM du texte numérique… !!! une sorte de workshop /atelier du livre et de l’écrit numérique.

Un lieu du livre et de l’écrit, pas seulement de la représentation mais du travail contemporain de l’auteur à l’œuvre ! et capable de proposer des ateliers concrets et des projets

Un lieu expérimental d’expérimentations et activiste.
Un lieu où le textuel à l’épreuve du web média serait prioritaire.

Un projet culturel et éditorial qui valorise la posture de l’amateur/du lecteur, la prescription de l’amateur & la qualifie, lui donne du sens et de la visibilité.

Les mots-clés :
·    E-Services
·    Information
·    Médiation
·    Sélection

Comment ?
ZazieWeb n’ a actuellement pas les moyens technologiques d’entrer dans une
logique de type « industrielle » qui voudrait que (par exemple…) :
·    Les lecteurs puissent constituer leur bibliothèques en ligne
·    Les éditeurs, référencer leur catalogue
·    Les institutionnels, référencer les titres aidés
·    Les bibliothécaires, promouvoir leur sélection dans d’autres
domaines que le livre
·    Les libraires, être référencés et pointés par un outil de
géo-localisation, promouvoir leur agenda

Il n’est pas ici le lieu d’entrer dans le descriptif du cahier des charges.

Ces développements et applicatifs technologiques sont assez précis, pas forcément compliqués, mais nécessaires…

Et parce qu’il devient vital de constituer une vraie équipe projet/développement et que je n’en ai pas les moyens. J’anime en effet ZazieWeb en solo et estime que Zazieweb est à 30% des e-services qui seraient à développer…

A votre disposition pour en discuter… sur le web ou ailleurs !

Isabelle Aveline – ZazieWeb.fr
aveline[arobase]zazieweb[point]fr (Pour lui écrire, remplacer par le bon caractère ce qui est en crochet carré).

_________________________________________________

Pour compléter son propos :

Une conférence sur Zazieweb à Lyon le 13 mai 2002.

Journée d’étude : Pratiques numériques, état de l’art en PACA à la BMVR de Marseille, le jeudi 29 Novembre 2007

L’ABF PACA, l’ADBS et les Bibliothèques de Marseille organisaient Jeudi 29 novembre 2007 à la BMVR de Marseille une journée d’étude : Pratiques numériques : état de l’art en PACA. L’un des buts de cette journée était de montrer aux 150 bibliothécaires et documentalistes présents des expériences concrètes de web 2.0 dans les bibliothèques, si possible dans la Région. Le compte-rendu est sur le site de l’ABF.

Michel Roland-Guill qui animait la journée avec votre narrateur a déjà mis en ligne son intervention. Une idée majeure à retenir : nos métiers sont en « béta perpétuel ».

Virginie Chaigne (BMVR de Marseille) assistait à la matinée. Voici son compte-rendu : compte-rendu-matinee-par-virginie-chaigne.doc(Merci Virginie !)

Les différents powerpoints ou liens des intervenants dans l’ordre d’apparition sont accessibles ici :

biblioblogs-and-co.ppt par franck queyraud (Médiathèque de Saint-Raphaël)

la-syndication-de-contenus-par-veronique-ginouves.ppt de la MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de L’Homme)

Celui d’Hervé Le Crosnier n’est pas encore disponible. Hervé Le Crosnier, le papa de la liste de diffusion biblio_fr est aussi éditeur.

Bibliothèques et publics en réseau par Hervé Le Crosnier, maître de conférences à l’Université de Caen.

Pour vous faire patienter, vous pouvez regarder :

- « Web 2.0 et bibliothèques numériques » / Hervé Le Crosnier, Les entretiens de la BNF, 8 décembre 2006 ;

- « Web 2.0 et documentation : Quand le web 2.0 interroge les pratiques documentaires« , conférence ADBS, le 6 juillet 2007 / Hervé Le Crosnier.

Enfin, vous pouvez lire une intéressante réflexion de Francis Verger sur son blog : Un petit cabanon à partir de l’intervention d’Hervé Le Crosnier et autour des CUCS (ah… je déteste tous ces acronymes !) : contrats urbains de cohésion sociale.

presentation-koha-alcazar.ppt par jérôme pouchol , chef de projet Koha, médiathèque intercommunale Ouest Provence :

une-web-tv-a-martigues.ppt par christophe xicluna de l’espace multimedia de la Médiathèque de Martigues et pascale furioli, responsable d’antenne de Canal Maritima.

Voir aussi un exemple : Je kiffe ma ville est une émission réalisée par les web reporter de la médiathèque de Martigues. Des jeunes journalistes vont vous faire découvrir à travers leurs chroniques et leurs reportages ce qui fait bouger la ville…

Biblioses@me : une intervention d’Annie Prunet du Département Références de la BMVR de Marseille

la-documentation-electronique-en-bu.ppt par Anne Dujol, directrice du SCD Aix-MArseille II

Retrouvez la bibliothèque provençale présentée par Stéphane Ippert directeur du Centre de Conservation du Livre (CCL) d’Arles

pret-de-livres-electroniques-a-aix-marseille-ii.ppt par martine sambucco, conservateur au SCD Aix-Marseille I

Lire ? Sur du papier ? Oui, c’est encore possible en consultant la bibliographie réalisée par le service de références de la BMVR de Marseille : biblio-pratiques-numeriques-en-paca.doc

………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Pour aller plus loin :

j’ouvre mon blog qui vous explique comment créer le votre sur WordPress avec plein d’exemples à la clef…

Un seul mot : Essayez !

Silence.